Vivre l’instant présent

On avril 17, 2013 by Fabien et Maitie

« Et si… »  est une clé d’accès pour vivre l’instant présent, ce qui ouvre de nouveaux possibles. Ce petit “mot” nous affranchit du passé qui se répète et du futur qui s’illusionne.

Oser se poser la question du « Et si… » revient à considérer des chemins que l’on n’a jamais envisagés car ils sont loin de notre mode de fonctionnement. Cela nous amène à changer les rails de nos habitudes.

FABLE

Couple inséparable

Couple inséparable © vladstudio

LA FEMME DU NORD ET LE GOUFFRE DU “ET SI

Approchez … venez vous réchauffer au coin du feu … j’aime quand il dissipe les lambeaux de l’hiver … Le feu ouvre le cœur et fait naître les histoires, chaque étincelle les emportent dans l’univers vers d’autres cœurs qui les attendent.

Ce soir, le feu m’invite à vous révéler un de mes secrets.

Pour cela, je vais vous raconter …

l’histoire de La Femme du Nord et du légendaire gouffre du « Et si ».

Mme Butterfly – Mistrigri


La Femme du Nord était une femme sage, pétrie dans une Terre sauvage et mystérieuse. Elle s’était retirée du monde afin de rassembler le puzzle de ses os dispersés par la vie.

Un certain matin d’hiver, intriguée par une étrange et délicate bise, elle quitta l’abri de sa solitude pour gagner les montagnes du développement personnel.

Elle escalada la roche avec grande agilité, et quand elle fut au sommet, elle ne vit rien d’autre qu’un cercle orné de deux statues qui portaient en gravure ces quelques mots : « Bienvenue à toi, noble visiteur. Méfies-toi des quatre gardiens du gouffre du « Et si », car chacun t’exprimera une demande et ne pas y répondre signerait ton oubli. Par trois fois, tu répondras « non ». A la quatrième, quoiqu’il advienne, tu devras répondre « oui » ; mais n’aies crainte, tu ne seras pas tenue d’honorer ta réponse, seule sa puissance importera. Si tel est ton désir, alors assieds-toi et attends patiemment ».

Amusée, elle prit place au milieu du cercle et se mit à attendre. La patience était son amie.

Trois hommes se détachèrent de la brume. Silencieux, ils se dirigeaient vers elle, les uns derrière les autres. Elle frissonna et calma son souffle.

Par trois fois, elle prit soin de bien répondre « non ». Et par trois fois, en le prononçant, elle se rendit compte combien cela lui était facile. Facile de ne pas ouvrir pour ne pas se poser de question. Elle comprit alors qu’elle recelait en son cœur une porte tellement bien gardée, qu’elle lui sembla à jamais fermée.

Arriva alors le quatrième, un jeune dandy suffisant, légèrement arrogant.

Il se campa à distance, mit nonchalamment les mains dans les poches de son jean, esquissa un sourire facétieux et toisa la femme fatiguée par les ans.

Il s’assit face à elle et d‘un aplomb étourdissant, il lui lança à la volée : « Un week-end avec moi à Florence ? ».

– « Oui »  répondit-elle calmement comme il lui était demandé.

Mais le regard du dandy changea soudainement. Elle le sentit qui, pénétrant son âme, sondait la profondeur de ce « oui ». Elle fut alors prise entre la honte du mensonge et la porte fermée de son cœur.

Elle réalisa qu’elle se tenait au bord d’un large gouffre. Une voix murmurait : « Et si … tu disais un vrai oui ? Et si… tu ouvrais ce possible ? Et si … »

Folie que tout cela. Tout se braquait en elle. Et pourtant, elle n’avait rien à perdre puisque nul engagement ne serait à honorer.

« Et si…tu osais » , ce tout petit « et si … » audacieux fit sauter le verrou et la précipita dans l’inconnu béant. A son grand étonnement, pas de cris, pas de monstres… mille saveurs nouvelles chatouillèrent ses cellules qui se mirent à pétiller de soleil. La Femme du Nord sentant ses glaces fondre, sourit, une larme de joie coulait sur sa joue.  

Durant tout ce temps elle n’avait pas lâché le regard de l’homme. Il tourna les talons et disparu. Elle en fut soulagée, car elle n’aimait vraiment pas les dandys.

Restée seule, elle s’offrit de savourer pleinement le pétillant de sa folie. Ce tout petit « et si » avait réveillé un espace en elle où le vivant afflué.

Il ne l’a pas amenée à Florence.

Couple

Le couple – Gaelle Boissonard

Et pourtant ce « et si… » les a conduit tellement plus loin. Ni l’un ni l’autre n’y croyait, comme nul autre d’ailleurs, car, sorti du présent, le contexte était trop insolite pour qu’un futur soit possible. Pourtant il leur a ouvert les portes de la vie. La Femme sage et le dandy forment le couple le plus inattendu qui soit. En fait le dandy était un enfant des étoiles.

Et c’est ainsi, que la Femme du Nord a ouvert la porte du monde des 52 Fables : cette histoire en est la porte … chaque Fable qui va suivre en est la clé …

Si vous avez envie d’expérimenter le « Et si… », vous pouvez déjà commencer à :

  • Entendre dans votre corps ce qui heurte une partie de vous (car c’est une porte à ouvrir). Cela correspond à  tout ce qui vous touche, vous bouscule, vous heurte, vous blesse.
  • Repérez cette porte en vous posant cette question : « c’est où dans mon corps ?

Ensuite, il faudra vous demander de quoi vous avez besoin pour oser dire à votre tour « Et si.. » et sauter. Et c’est là que nous intervenons avec les outils que nous allons vous proposer dans ce blog afin que vous vous donniez les moyens de réussir ce retournement et ce saut dans l’inconnu.

Pourquoi le faire ? Parce qu’il vous amènera inévitablement sur les sommets de votre être essentiel et quand on y est, la vie est tellement plus simple.

Dans cette histoire, la Femme du Nord a entendu l’espièglerie du « Et si… » et, tout en accueillant ses peurs, elle a osé le suivre. Mais quelle est la source de ce « Et si… » ?

C’est ce que nous allons explorer dans les 52 fables qui vont suivre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *