Samouraï et Prêtresse : le couple alchimique

On décembre 17, 2013 by Fabien et Maitie

Pour F&M, lorsque les archétypes qui structurent un individu sont en place (ou sur le chemin de l’être) et qu’ils coexistent en harmonie, se crée alors une alchimie dont le masculin se nomme Samouraï et le féminin Prêtresse.
logo_sarbacana
Si le samouraï s’inscrit dans un principe de verticalité, la prêtresse elle, répond à un principe de sphérisation.
La convergence des deux s’illustrant alors par le symbole mathématique Phi, plus communément appelé nombre d’or, qui correspond à un rapport de proportion que l’on trouve dans toutes les grandes œuvres d’art (comme celles de Léonard de Vinci), dans les architectures sacrées (comme les pyramides) et à l’état naturel (autant dans la nature que dans le corps humain). C’est une sorte de souffle vital qui sous-tend l’organisation des structures selon des principes dits sacrés (très bien exprimé par le logo de sarbacana en lien avec l’art de la sarbacane qui apprend à utiliser ces deux puissances). 

Anecdote
Logan est assis sur le canapé, absorbé dans ses pensées. Il ne sait pas quoi faire pour les fêtes de Noël. Où va-t-il les passer ? Dans sa famille ou chez la famille de sa compagne ? Avec ou sans sa compagne ? Que veut-il honorer cette année ? Quelque chose de sacré ou de festif, de familiale ou de personnel ? Comment ne blesser personne et honorer tout le monde, un vrai dilemme.

Quand Ambre entre dans le salon, elle remarque vite son compagne qui à l’air soucieux. « Quelque chose ne va pas ? » demande-t-elle.
– «Non, je réfléchis, c’est tout. »
– « Ben, je vois bien que t’es tracassé, tu peux quand même m’en parler, je peux peut-être t’aider ? »

Logan se redresse et regarde Ambre droit dans les yeux puis calmement il ajoute : «j’ai besoin de me poser pour faire le point afin de savoir ce qui est vraiment juste pour moi pour les fêtes de Noël ».
-« Qu’est-ce que tu veux dire ? »
– « Je veux dire que je vais ressentir ce qui est le plus important pour moi cette année, plutôt que de faire comme d’habitude, à savoir faire plaisir à tout le monde sauf à moi. Donc cette année, je vais ramener un peu d’essentiel pour moi afin de vivre ces fêtes avec une certaine justesse selon ce que je perçois comme essentiel».
-« Tu veux dire que ça se trouve on sera pas ensemble où tu ne viendras pas chez mes parents ? Qu’est-ce qu’ils vont penser ? Et moi dans tout ça ? »
-«Et bien je t’invite à faire pareille, pour que nos choix nous ressemblent plutôt que de sa sacrifier ». Puis il se lève et prends la direction de l’extérieur.
-« et tu t’en vas ! Comme ça ! » Insiste-t-elle
– « oui, je te l’ai dit, j’ai besoin d’un temps pour moi. Quand je rentrerai je saurais ce qui est juste pour moi et je t’en parlerai. Tu auras le choix alors de faire ce qui est juste pour toi ou pas, et nous verrons alors ce que nous faisons. »


Le dernier Samouraï : entre justesse et présence

Origine du samouraï

Le-dernier-samourai

Le dernier samouraï © Warner Bros


Le terme « Samouraï » vient du verbe « saburau » qui signifie « servir  et qui renvoyait à un individu appartenant à la classe des guerriers, au service d’un seigneur auquel il avait prêté allégeance. Le terme de samouraïs désigne alors les guerriers au service du Shôgun (= un « général » ou chef militaire) d’un daimyô (= « grand nom » est un titre de kazoku, c’est-à-dire de noblesse japonaise).

Avant même la naissance de la classe des samouraïs existait celle donc des guerriers (bushi 武士). Cette caste forma alors un corps d’élite sur les bases de valeurs morales, ou code d’honneur (comme l’hagakure) et d’une forte culture militaire. A cela s’ajoutèrent des arts raffinés, faisant des adeptes du bushido (voie des bushi), autant des maîtres d’armes que des maîtres d’art. Comme vous pouvez l’observer dans le film « Le dernier samurai».

C’est pourquoi, leur pratique du sabre (qu’il considérait comme leur âme), l’exercice du tir à l’arc (Kyudo) et le combat à mains nues (Aïkido) prenaient place au côté de disciplines prouvant leur haut sens du raffinement et leur quête d’excellence que sont l’art du thé, la calligraphie ou encore la taille du bonsaï.


Esprit samouraï

Or aujourd’hui, selon F&M, si quelqu’un cultivait cet esprit samouraï, il s’inscrirait dans une approche qui tiendrait plus compte de la manière d’agir que de la chose à faire. En d’autres termes, être un samouraï est une attitude qui révèle l’énergie de vie dans un domaine avec justesse et respect.

On peut donc dire que l’esprit samouraï consiste à cultiver la présence et la justesse dans chaque instant du quotidien.


La Prêtresse: entre Sagesse et amour

A l’origine, le terme prêtresse désignait une personne qui se vouait au culte d’une divinité. Pretresse
Pour F&M, la divinité en question est l’être intérieur qui nous anime tous et que nous appelons enfant intérieur. Donc être en mode prêtresse signifie pour nous, être d’abord attentif à cette énergie essentielle qui vit en nous, même si parfois elle sommeille ou semble oubliée. C’est un comme si vous étiez attentif à votre Petit Prince intérieur ou à votre Kirikou.

A ce titre, l’état de prêtresse permet une hyper-connexion à tout ce qui nous entoure,
et facilite donc l’accès au processus créatif sans pour autant se couper du monde.

On peut donc dire que l’esprit de la prêtresse consiste à rayonner un amour inconditionnel et une profonde sagesse dans chaque instant du quotidien.

 

Le couple alchimique suprême

Le couple samouraï-prêtresse se caractérise par un accueil inconditionnel de tout ce qui est, tout en s’inscrivant dans une quête de l’excellence de l’instant au travers de chaque geste, chaque mot et chaque pensée.

RebisC’est un couple très en phase avec le vivant de l’instant présent; il pourrait être comparé au rebis, le couple des alchimistes qui unifiait le féminin et le masculin sous toutes ses formes.

 L’excellence qui pourrait symboliser ce couple, est à distinguer de la perfection.

En effet, la perfection (plus convoitée dans les pays occidentaux), cherche un résultat « futur ». Ce qui va donc déconnecter l’individu de lui-même car il est alors plus en lien avec ses projections (et l’espoir qu’elles se réalisent) ou ses peurs (le risque que les erreurs du passé se reproduisent) qu’avec ses réelles sensations de l’instant.

Lorsque nous activons notre part samouraï et notre part prêtresse en même temps, tout ce que nous exprimons reflète l’essence de notre personnalité dans la plus grande authenticité.

 

 

Clés pratiques : une posture autant interne qu’externe

Le point commun à tout samouraï et prêtresse réside dans sa posture.

En interne

Une posture ferme

Des frontières fermes (et non rigides), ce qui veut dire avoir des limites claires, assurées et assumées. Lorsqu’un individu a des frontières fermes, il n’a pas besoin de passer en force puisque cela est clairement explicite. Ce qui lui permet d’adopter une posture saine.

Lorsque Logan exprime qu’il a besoin de temps et qu’il va savoir ce qui est juste pour lui, il pose fermement sa posture. Ce qui fait un peu peur à Ambre, mais qui d’une certaine façon, cela lui permet à elle aussi de trouver sa posture juste et de pouvoir la poser avec fermeté.

 

Une posture saine

Cela signifie que l’individu peut simplement et sereinement poser ce qui est juste et acceptable pour lui. Il n’a pas peur de s’exprimer, quelque soit la réaction de la personne qui lui fait face, car il est en paix avec ce qui est dit. Dès lors, il va pouvoir incarner une autorité noble.

Logan illustre parfaitement cela en restant calme face aux premières réactions d’Ambre.

 

Une posture d’autorité noble

Cette posture va impliquer qu’il a pris autant la mesure de ce qui est juste pour lui (qu’il respecte avant tout) que pour la relation qu’il entretien avec ses interlocuteurs ou son environnement. Il va y avoir ici une notion de respect et de responsabilité. Cela étant fait, il va alors rayonner une certaine dignité.

C’est ce que soulève Ambre par rapport à ses parents.

Logan, s’il décide ne pas faire Noël chez ses parents ou ses beaux-parents, va alors poser ce qui est important pour lui cette année et comment il honore cela et non pas que ce que font ces personnes  « n’est pas bien ».

 

Une posture digne

La posture digne inspire autant le respect de l’interlocuteur (même s’il est en désaccord) que la sympathie (car toutes les parties en présence sont entendues et respectées).

 

En externe

2mm : une ouverture de cœur

Obama_Super_Heros

Obama super-héros

 

La posture 2mm correspond à une attitude physique que l’on retrouve chez les héros mythologiques et les super-héros, mais aussi chez certains rois ou présidents qui possèdent un certain charisme. De même cette attitude physique est présente chez bon nombre d’avatars ou maitres spirituels comme le Christ (notamment dans ses représentations « du grand cœur du christ »).

 

Cela consiste à se tenir droit et à ouvrir très légèrement un espace au niveau du cœur, un peu comme si on bombait le torse. Pour faciliter ce geste, il suffit de monter un peu les épaules, de les faire aller en arrière et de laisser retomber, tout en ayant une attitude « bien droite ».

Cette posture détend les chaînes stellaires qui relient le dessous des clavicules au cœur et au travers desquelles de nombreuses émotions sont cristallisées. La posture 2mm libère ces dernières et facilite l’accueil inconditionnel de l’autre en ouvrant doucement l’organe cœur.

De plus, la posture de rectitude avec les épaules reposées, active selon la médecine chinoise certains méridiens placés sur tout l’extérieur des épaules et des bras, qui renforcent ainsi la puissance énergétique d’un individu (c’était à la base de certaines technique comme « la chemise de fer »). De même cette manière de se placer est aussi utilisée dans le systema (art martial russe travaillant sur la libération d’émotions et l’intelligence du corps).

Enfin, l’état 2mm confère à celui ou celle qui l’active une autorité noble où la vulnérabilité offerte par l’ouverture de cœur est soutenue par la puissance illimitée du corps renforcée ici par le placement des bras et des épaules. De même, dès qu’une personne se met en 2mm, il appelle ipso facto son interlocuteur à s’y mettre (car voulant répondre de puissance) ou à s’en aller, tellement cette posture dégage de la puissance et lui montre que lui n‘y est pas (et qu’il doit sûrement être aux prises avec son ego).

C’est ce qu’a fait Logan en se redressant face à Ambre. Non seulement il s’est mis dans cette position mais par cela il a appelé « physiologiquement » et inconsciemment Ambre à s’y mettre aussi.

 


7 Actions pour devenir un samouraï et une prêtresse

Pour cultiver cet esprit samouraï et prêtresse, il existe 7 actions simples :

1- Une posture

Comme énoncée ci-dessus, il s’agit de la posture 2mm. Pour faciliter cela, trouvez une image de héros ou de super-héros qui résonne pour vous et mettez-la comme fond d’écran sur votre ordinateur ou smartphone ou en photo sur votre bureau. Cela va conditionner votre pensée à s’y mettre plus souvent. Vous pouvez aussi télécharger une sonnerie pour votre portable ou une musique pour votre Ipod qui rappelle ce héros, vous invitant alors à vous mettre physiquement dans cette posture.

Nous vous invitons à vous mettre dans cette posture pour vous entraîner 3mn 5 fois par semaine ; ce qui facilitera le fait de s’y mettre dans une situation plus critique comme un conflit avec un enfant ou des tensions dans le couple.

 

2 – Une pensée

Identifiez les mots-clés ou phrase qui résonnant pour vous et qui expriment pleinement ces espaces de vous. Ex : « Unité & sagesse » ; « Je suis une légende » ; « Je règne paisiblement sur mon peuple »

Chaque jour, répétez plusieurs fois ces mots clés, liés à votre personnage samouraï ou prêtresse ce qui va cultiver votre pensée en l’incitant à se placer dans cet état d’être.

 Anthony Robbins aborde ces approches dans son approche des rituels afin de changer sa forme de pensée.

 

3 – Une cohérence

Prêtresse comme Samouraï cultivent une profonde cohérence entre leurs valeurs, leurs pensées, leurs mots et leurs actions. L’objet étant que cela ne fasse qu’un pour honorer l’unité qui les anime.

Pour cela, reprenez vos valeurs (voir article), vérifiez les mots que vous utilisez pour les exprimez et s’ils sont toujours en adéquation.

Puis identifiez quelles actions concrètes vous mettez en place, qui honorent cela.

Nous invitons à faire une seule action concrète par jour.

 

 4 – Une présence

Cultiver la présence à soi implique d’écouter d’abord ce qui se passe en vous. Pour cela utilisez le processus F&M. Puis écoutez attentivement ce qui se passe autour de vous sans pour autant interpréter (article).

Puis fort de cela, mettez-vous en lien par le regard avec l’autre tout en respirant calmement. Le fait de se regarder dans les yeux lorsque l’on parle (ou fait l’amour pour un couple) est un magnifique et pourtant si simple moyen de garder du lien dans une véritable présence.


5 – Une justesse

Selon les principes de l’Hagakure

Faire ses choix non pas en fonction des conséquences mais en fonction de ce qui résonne en nous. Puis une fois qu’à émergé une direction, alors mesurer les conséquences pour choisir la manière d’agir qui va le plus respecter votre écologie personnelle, à savoir les êtres qui vous entourent et qui vous sont chers. Puis agir en ce sens.

Pour un samouraï, il n’est ni juste ni digne de prendre en otage ou de sacrifier des personnes pour justifier ses choix. C’est un grave manquement où il n’y a ni responsabilité de ses actes, ni respect du vivant.

Pour la prêtresse, il n’est ni bienveillant ni sage de faire rejaillir sur les autres, ce que nous n’assumons pas nous. En effet, préférer bafouer le divin de l’autre pour légitimer de ne pas honorer sa propre partie divine est un acte dépourvu d’amour (de soi et des autres) auquel s’ajoute une absence totale de réflexion et d’appréciation de la situation dans son ensemble. Les actions qui en découlent sont alors dénuées de toute forme de sagesse, puisqu’elles ne sont que l’expression d’une réaction égocentrique essentiellement basée sur la peur et les systèmes de défense.

 

 6 – Une authenticité

Pour dire ce qui est, nous vous invitons d’abord à ressentir en vous ce qui est juste ou à défaut ce qui vous est insupportable. Puis d’identifier ce qui est de l’ordre de votre ego (=vos peurs) de votre essence (= ce qui est évident pour vous).

Alors autorisez-vous à dire ce qui est vrai pour vous et soyez prêt à accueillir toutes les réactions, non pas dans l’éventuelle optique que ce soit une contestation à ce que vous venez de dire, mais plutôt dans le fait que cela remette en cause le comportement de votre interlocuteur que jusque là vous aviez acceptez alors que cela vous posait problème.

 

 7 – Une voie de maîtrise

La voie de maîtrise n’ouvre que deux options : vous y êtes ou vous n’y êtes pas. Il n’y a pas de jugement à cet endroit mais juste une observation honnête de la situation.

De même, il existe un curseur simple pour déterminer si oui ou non vous êtes dans votre maîtrise, c’est quand vous commencez à mettre des nuances dans vos propos ou que vous justifiez vos actes.

Dans le cas des nuances, votre samouraï n’est pas là (car vous n’assumez pas ce qui doit être dit).

Dans le cas des justifications, c’est votre prêtresse qui est absente (car si vous étiez dans l’accueil et la sagesse, vous pourriez accueillir ce qui va vous être objecté en paix et donc vous ne chercheriez pas à vous protéger des objections potentielles).

Ex : et là, ta manière de réagir te semblait juste ?
En samouraï : oui, cela fait sens pour moi
En non samouraï : oui car je ne suis pas tout à fait d’accord avec ce qu’il dit
En prêtresse : oui, je suis en paix avec cela
En non-prêtresse : oui, mais tu sais toi aussi tu aurais sûrement réagis de la même manière, parce que quand même c’est inacceptable ce qu’il a dit. Et puis….

 

Laissez-nous vos commentaires afin que nous puissions savoir quels sont vos principales difficultés pour déployer votre couple alchimique. Grâce à cela, nous pourrons vous préparer rapidement un petit livret avec tous les éléments clés pour que cela soit plus facile pour vous d’activer ces états. Alors c’est à vous ! Merci pour votre contribution.


Voyons maintenant une petite fable pour illustrer cela et comme pour les films de Marvel, restez jusqu’au bout pour cliquez sur un petit lien surprise.

 

Fable du lion et du crocodile

 

LionUn lion marchait félinement près d’une berge,

Lorsqu’un alligator territorialiste dans l’âme,

Vînt à sa rencontre et s’écria au grand dam

« Tout roi que vous êtes, je règne sur mes marécages »

A ces mots, le fauve fit face au rampant approchant,

Qui déjà grognait un reptile aboiement,

Et sans sourcilier, le roi respira calmement,

En observant le bien fondé de son attaquant

Assuré du bon aloi de sa juste conduite,

Il décida en roi de faire autorité,

Sur ce rampant voulant sans raison le croquer,crocodile

Et par sa présence il refusa toute fuite.

Désormais décidé à faire valoir le juste,

Il entra les pattes dans le marais en grognant,

« De quel droit osez-vous insulter mon digne rang ?

alors que j’accueille sur mes terres vos attitudes même rustres.

-« Je suis roi » bredouilla timidement l’alligator

– « non, et même si vous êtes essentiel au marais

vous ne faîtes nullement emblème de royauté »

– « Et si servir remplaçait vos attaques à tort ?

-« N’êtes-vous pas héritier des sages dragons ?

A ces mots, l’animal regagna ses marais,

En quête du passé pour découvrir son vrai nom

Et devint un puissant maîtres des terres de l’ombre.

Moralité

Celui qui œuvre avec justesse en ses murs,

n’a nul besoin de conquérir et d’écraser

pour rayonner et se sentir exister

 

Surprise (cliquez ici)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *