Barbare et femme sauvage

On octobre 17, 2013 by Fabien et Maitie

barbare-femme-sauvagePour F et M, barbare et femme sauvage constituent les deux archétypes de base d’un individu, qui peuvent littéralement faire exploser le couple s’ils ne sont pas pas conscientisés, reconnus et accueillis; car chaque être humain porte en lui une expression de ce couple atypique.

Le Barbare est à la puissance et à l’instinct, ce que la Femme Sauvage est à la subtilité et à l’intuition. Ensemble, ils sont les gardiens de notre enfant intérieur (= notre énergie de Vie), c’est pourquoi il est capital si nous souhaitons vivre plus en adéquation avec notre essence et en harmonie avec notre entourage, de pouvoir en faire des alliés.

Ainsi, nous pourrons:
– mieux les entendre
– leur donner une place juste
– les accueillir en paix
– et ne plus en avoir peur 

 

Anecdote

Mélusine rentre du travail, elle est lasse. Elle voit le canapé et sent en elle l’envie de s’y lover. Mais autre chose l’appelle. Elle doit préparer le dîner et préparer sa journée de demain.

Patrick, son compagnon arrive : « J’suis crevé, j’ai eu une journée folle. J’ai besoin de me poser ». Et il s’installe devant son ordinateur.

Mélusine se recroqueville un peu plus à l’intérieur d’elle, elle sent la frustration qui monte. Sans s’en rendre compte ses gestes sont plus rapides, ils prennent plus d’espaces, font plus de bruit … elle brasse. Dans sa tête le mental tourne « j’en peux plus, il ne voit pas que je suis épuisée, il m’énerve avec son ordi, y’a d’autres choses à faire… ». Ça commence à bouillonner en elle.

Elle soupire bruyamment, renverse maladroitement la chaise sur laquelle Patrick a posé sa veste. « Ho la la ! Tu peux pas ranger ta veste quand tu rentres !… » Il suffisait d’un détonateur pour mettre le feu aux poudres…

Nous connaissons tous la suite !

 

Clé 1 : Savoir écouter sa Femme Sauvage

Un archetype vital

La Femme Sauvage est l’archétype (ou modèle) le plus proche de notre énergie de Vie (que nous assimilons à notre enfant intérieur). C’est comme si elle guidait nos pas au plus juste de nous-même et nous avertit dès que nous nous éloignons de notre chemin.

En quittant notre chemin, nous créons une distorsion dans notre écologie personnelle: nous « attaquons » notre énergie vitale.

Plus nous nous éloignons de la source de cette énergie, donc de notre chemin, plus nous la mettons en péril et plus nous nous mettons en péril (car notre énergie diminue : fatigue, apathie, dépression…pouvant aller jusqu’à la mort).

Femme-sauvage

Une voie juste

La Femme Sauvage nous indique une voie qui est juste pour nous (toujours en harmonie avec notre écologie personnelle).
– son expression est subtile (c’est parfois un flash qui passe, comme pour le canapé avec Mélusine)
– elle habite notre intuition,
– elle échappe à ce qui est rationnel
– elle ne s’impose pas :

Une voie de chaque instant

Nous avons le choix de suivre ou de ne pas suivre notre femme sauvage, et là se joue notre libre arbitre qui pourrait se résumer ici par : 

  1. Nous avons le choix d’aller vers nous-même et ce qui est juste pour nous en écoutant notre femme sauvage
  2. Nous avons le choix de ne pas aller vers nous-même et d’ignorer notre femme sauvage et ce qui fait sens pour nous

Si la première impression parle d’elle, la deuxième est déjà colorée par notre mental, notre émotionnel, nos prismes, car l’archetype de la femme sauvage ne cherche pas à convaincre mais simplement à informer.

Au coeur des sens

enfant-lion

 

La Femme Sauvage perçoit l’environnement avec ses 5 sens, elle ressent, mais ne pense pas; ce qui fait d’elle :
– une énergie spontanée,
– surprenante,
– imprévisible.

Qualités et intérêts à l’écouter ?

Si vous souhaitez apprendre à la discerner, l’écouter et l’entendre, il va vous falloir développer des qualités de fluidité, d’adaptabilité, de confiance, d’ouverture et de disponibilité.

En revanche, lorsque nous n’écoutons pas notre Femme Sauvage, nous commençons à ne plus respecter notre énergie de vie (comme le fait Mélusine), la réaction ne se fait pas attendre:  le Barbare se réveille doucement. Il observe, commence à gronder emballe le mental, met en tension le corps (qui soit se met à brasser de l’air, soit commence à résister)

 

Clé 2 :  Accueillir son Barbare

barbare.pngLe Barbare naît d’une frustration, cherche un coupable (qui peut être une facette de soi-même comme dans la culpabilité) et rassemble ses forces. Moins on l’exprime, plus il gagne en puissance jusqu’au moment où il n’est plus possible de le contenir : alors, il explose.

Sa forme d’expression favorite est la colère (exprimée ou réprimée), mais, comme de nos jours la colère est rejetée au banc des accusées et condamnée comme violente, on fait tout pour la contrôler et la réprimer. Nous oublions que le Barbare s’exprime lorsque la Femme Sauvage n’a pas été entendue et donc qu’un de nos besoins fondamentaux n’a pas été respecté, ce qui veut dire que nous avons bafoué une de nos valeurs primordiales.

Quand le Barbare gronde, c’est que nos agissements mettent en danger notre énergie de vie

Si nous réprimons notre Barbare et l’empêchons de s’exprimer, c’est l’environnement qui va exprimer la puissance de ce Barbare : maladie, accident, séparation, deuil, chômage,…

Notre Vivant nous rappelle toujours à la vie au risque de nous faire mourir. Il préfère nous voir mourir vivant que de nous laisser agir comme un mort vivant.

Dans l’anecdote, Mélusine n’écoute pas sa Femme Sauvage qui lui souffle de se lover dans le canapé. Lorsque Patrick rentre et écoute sa femme Sauvage en jouant à l’ordi, cela appuie sur le fait que Mélusine ne l’a pas écoutée et génère une frustration chez elle. Comme elle n’écoute pas son Barbare qui gronde et ne se respecte pas, elle précipite inconsciemment l’environnement pour avoir l’occasion de laisser exploser son Barbare et sanctionner celui qu’elle considère comme coupable (Patrick). Celui-ci n’est pas responsable du fait que Mélusine ne se soit pas allongée en arrivant. Que ce serait-il passé si elle l’avait fait ? Le scénario aurait été tout autre et demeure imprévisible.

 

Outil pratique : allez à la rencontre de vos archétypes

Ecoutez votre femme sauvage

C’est par votre corps que vous percevrez les messages de votre Femme Sauvage et probablement par un sens qui vous sera plus favorable.

Ecoutez : mettez-vous dans un espace sécurisé pour vous (une pièce de la maison par exemple comme cela peut-être dehors dans la nature) et fermez les yeux : ouvrez vos sens (même la vue au moyen des images). Comment percevez-vous le monde extérieur (les sons, la peau, les images, les odeurs, les saveurs) ? Si vous prêtez attention à ce monde pour vérifier que vous êtes en sécurité et donc percevoir un éventuel danger, quel sens accentuez-vous : l’ouïe, le toucher (par le ressenti corporel), la vue (par les images), l’odorat ? C’est probablement par ce canal que vous percevez votre Femme Sauvage.

– « J’le savais ! » Observez à chaque fois qu’à postériori vous vous dites « j’le savais! » où est l’espace en vous qui le savait et comment l’a-t-il perçu ? Ainsi vous apprendrez à l’écouter et savoir quelle forme il a lorsqu’il vous parle.

Affinez votre intuition : trouvez des situations simples dans lesquelles vous pouvez expérimenter votre intuition. Par exemple, laissez votre Femme Sauvage vous guider pour trouver une place de Parking ou pour improviser une recette ou pour vous balader au petit bonheur la chance dans la nature ou dans la ville… C’est comme quoi en vous quand elle vous guide ?

–  Autorisez-vous à entendre votre Femme Sauvage :

  • L’astuce pour les personnes qui ont des difficultés : « j’le sens pas! » amène « ne le faites pas ou pas comme cela. »
  • Percevez et respectez vos besoins comme nous vous l’expliquons dans l’article précédent 

Lorsque vous l’entendez vous avez le choix entre :

  • écouter votre besoin et vous respecter (ce qu’aurait fait Mélusine en se lovant dans le canapé)
  • ne pas écouter votre besoin et ne pas vous respecter (c’est ce qu’elle a fait) en sachant que vous taquinez votre Barbare
  • écouter votre besoin mais différer le moment de l’honorer et vous engager à le faire (Mélusine aurait pu se dire, « dès que la soupe est faite je m’allonge et je demande à Patrick de faire le reste » et le concrétiser).

 

Allez à la rencontre de votre Barbare

Gorille homme– Trouver des espaces pour exprimer votre colère : aller en forêt et taper sur un arbre (après avoir eu son accord !) avec un bâton en laissant sortir des sons, danser sur des rythmes percussifs en tapant des pieds et des poings en laissant sortir des sons, la laisser s’exprimer avec la cuillère de colère (cf le bonus d’accueil de notre blog « 19+1 astuces pour réussir sa vie de couple »)…

– Accueillez et savourez la puissance qui se dégage de vous à ce moment-là : c’est comme quoi ? Qu’est-ce que cela vous fait ? Quelle action peut nourrir cela ? Comment pouvez-vous la faire en conscience assez souvent ?

– Trouvez les actions qui nourrissent votre Barbare. Elles sont souvent présentent dans les actions qui nourrissent vos besoins.

– Apprenez à vous affirmer et à occuper votre place (article à venir habiter son corps) en plaçant votre enfant intérieur sur les épaules de votre Barbare

 

 

A la rencontre de vos archétypes essentiels

– Nous vous invitons à trouver l’image qui se rapproche le plus de la représentation que vous vous faite de votre Barbare et de votre Femme Sauvage et de les disposer à un endroit visible (fond d’écran, bureau,…)

– Nous vous proposons aussi de présentez ces archétypes à votre entourage afin qu’il puisse le reconnaitre quand celui-ci apparait, principalement pour votre partenaire car c’est bien avec cette personne que vous avez envie de construire votre vide de couple.

 

Un espace sécuritaire d’expérimentation

Ces outils pratiques peuvent se révéler parfois délicats à mettre en place seul, même si nous avons tout fait pour les simplifier et les rendre accessibles. Lorsque l’on est en proie à certains de nos systèmes de défense ou que nous avons l’impression de ressentir du déni de la part de notre partenaire de vie, il est plus que délicat de transformer un conditionnement de vie qui nous pousse presque malgré nous à agir toujours de la même manière. C’est pourquoi nous avons modélisé des stages sous forme de week-end au cours desquels nous vous accompagnons à pouvoir expérimenter cette voie, afin de sortir de cercles infernaux ou de routines qui ne vous correspondent plus. De plus, le fait de se trouver en présence d’autres couples, permet à chacun de pouvoir échanger mais aussi de se rendre compte qu’ils ne sont pas les seuls et ainsi la présence de chacun est un véritable soutien aux autres.

archetype

Pour tous ceux qui ont envie de libérer sereinement cette puissance et de savoir écouter cette intuition, nous vous invitons à nous rejoindre lors de nos stages en cliquant sur les liens ci-dessous:

 

Dites-nous en commentaire, ce qui vous a le plus parlé dans cet article et ce que vous souhaiteriez que nous développions dans un prochain article. Merci de votre contribution pour cette communauté du couple.

 

Comme à l’accoutumée, voici une petite fable de notre cru pour illustrer nos propos par une touche poétique.

La Fable de Touba, de la fée et du dragon

 C’est que bébé Touba du haut de son jeune âge

Marchant cahin caha est vraiment trop petit

Pour s’aventurer seul sur les sentiers de vie

Une fée l’accompagne aussi discrètement

Qu’une aile de papillon que caresse le vent

Elle guide à chaque pas le pied pour qu’il se pose

Sur le fil de sa vie, nourrissant l’harmonie.

A quelques pas de là, un imposant dragon

Concentre sa puissance en surveillant la scène

Si par inadvertance ou par curiosité

Le petit pose un pied en dehors du sentier

Le dragon se rétracte et gronde sourdement

Si le petit peton, se hasarde plus loin

Le dragon furibond coupe en un bond la route

Au petit Robinson pensant qu’il peut ainsi

Ramener l’égaré sur son sentier de vie

Bébé Touba tout apeuré se cache sous un arbre

Pour échapper au monstre qui l’empêche de jouerdragon

S’éloignant un peu plus du fil qui est le sien

La fée fort courroucée fait face au furibond :

« A bien trop effrayer, tu crées ce que tu crains

N’as-tu donc point de cœur pour agir de la sorte ? »

Le dragon tout penaud voudrait se faire agneau

« C’est que je suis puissant, et il est si fragile ! »

« Et si, … se hasarda la fée, plutôt que de veiller

Tu portais sur ta tête ton petit protégé

Me laissant te guider sur son propre chemin ? »

Le dragon amusé, invita P’tit Touba

A grimper sur son cou, jusqu’entre ses oreilles

Bien au-dessus du monde, bébé Touba riait

« Je suis le roi du monde et contemple mes Terres

Guidé par une fée, protégé d’un dragon »

 

Moralité

C’est en Roi que l’on peut commander au dragon

Même si sa puissance est celle de son dragon

 

  

 

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *