Accompagner l’autre dans son deuil

On mai 21, 2014 by Fabien et Maitie

Voici la question de la semaine qui nous a été posée par une lectrice : 

« Mon compagnon vient de perdre son père et je me sens désemparée. Il ne parle pas, il semble fermé dans son monde et je ne sais pas comment je peux l’aider. J’ai peur qu’il fasse une dépression. Que me proposez-vous ? »

Rose deuilLe deuil d’un être proche et d’autant plus de son père ou de sa mère, demande un temps de désintrication de la relation pour libérer pleinement celui qui meurt et change d’état ainsi que celui qui demeure et se trouve confronter à un vide. Plus la personne en deuil refuse d’accueillir le vide même s’il lui fait peur, moins la séparation peut se faire et plus elle est douloureuse. En effet, si on ne le libère pas en nous, celui qui meurt doit s’arracher de nous s’il ne veut pas rester accrocher. Accompagner l’autre dans le deuil, nous confronte obligatoirement à la mort, à la perte, à la séparation.

 

Les 3 clés que propose l’institut F&M


1 – Faites votre propre deuil

Femme forteOn a souvent tendance à chercher à être forte, à ne pas craquer pour que l’autre puisse s’appuyer sur nous. C’est, au contraire en allant prendre soin de la partie de vous qui est en deuil que vous soutiendrez le mieux votre entourage car vous serez à votre place dans la justesse.

De quoi avez-vous besoin pour faire votre deuil, pour dire au revoir à cet homme ?

  • Vous pouvez écrire tout ce que vous auriez aimé lui dire
  • Vous pouvez créer votre propre rituel de passage en remettant à la Terre ce qui vous attache à lui et accueillir le vide que cela laisse en vous.
  • Accueillez ce vide dans vos mains en les posant à l’endroit de votre corps où vous le ressentez et prenez en soin.
  • Ouvrez-vous au Monde avec ce vide. C’est par ce vide que vous allez cultiver le lien avec le défunt, un lien plus subtil, moins palpable qu’il vous faudra découvrir.
  • Qu’est-ce que ce vide vous apporte ? Si vous le voyez comme un manque il ne vous apportera que de la tristesse ; si vous le voyez comme un espace vacant où tout est possible, il vous guidera vers une autre manière de vivre.

2 – Questionnez l’autre

Avant de faire quoi que ce soit pour votre compagnon posez-lui cette question : qu’est-ce que tu attends de moi concrètement ? S’il n’attend rien, ne faites rien.

En effet, si vous agissez alors qu’il ne vous a rien demandé vous ralentissez son propre processus de deuil car il doit alors gérer le fait que vous l’envahissez et vous ne lui donnez pas la possibilité de faire son deuil à sa manière. Si vous cherchez à le sauver, vous le reconnaissez comme victime et vous rentrez dans les jeux psychologiques


3 – Accueillez l’autre

Votre compagnon va vivre ce passage à sa manière et à son rythme. Vous ne pouvez pas savoir ce qu’il traverse sauf si vous le lui demandez. Donc évitez de partir dans vos propres interprétations.ange-triste

Qu’est-ce que cela vous fait de le sentir mal, triste ? C’est où dans votre corps ? De quoi cela à besoin ? Prenez soin de cette zone en utilisant le processus F&M. C’est ainsi que vous lui apporterez le meilleur soutien.

Et vous que proposeriez-vous pour cet accompagnement ? Notez vos propositions dans les commentaires.

A la semaine prochaine avec vos autres questions

Fabien & Maïtie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *